92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > PETIT CATECHISME > Les temps de l’année liturgique > Qu’est-ce que l’Avent ?

Qu’est-ce que l’Avent ?


1. Quelle est la signification du mot Avent ?

L’Avent est un temps de préparation à Noël qu’on appelle le "temps de l’Avent". Ce mot vient du latin "adventus" qui signifie avènement. A l’origine c’est un terme grec "parousia" employé dans l’Église des premiers siècles, traduit en latin par "adventus". On emploie ce mot en grec et en latin pour designer la venue du Christ parmi des hommes à la fois pour l’avènement de sa naissance et son avènement glorieux à la fin des temps. Puis L’Avent est un temps de préparation à Noël. Ce mot est utilisé pour désigner le temps qui précède Noël.

2. Caractéristiques du temps de l’Avent

C’est un temps d’attente qui comporte plusieurs formes : il nous fait revivre d’une part l’attente du peuple juif de la venue du messie, l’attente de la naissance de Jésus. D’autre part, l’Avent est l’attente de l’avènement du Christ à la fin des temps. Le temps de l’Avent commence le quatrième dimanche avant le 25 décembre, donc selon les années entre le 27 novembre et le 3 décembre. Le premier dimanche de l’Avent est le début de l’année liturgique.

3. Les grandes figures du temps de l’Avent

Les grands témoins de l’attente de la venue du Christ sont le prophète Isaïe, Jean-Baptiste et Marie :

- Le prophète Isaïe exprime l’espérance messianique, il annonce la naissance de l’Emmanuel. Il incarne à la fois la préparation de Dieu et les désirs de l’humanité.

Isaïe peint par Michel-Ange,
fresques de la Chapelle Sixtine (1509)

Benjamin West, Les Lèvres d’Isaïe purifiées par le feu.

Isaïe. Abside de la cathédrale Notre-Dame de Chartres.
- Jean-Baptiste annonce la venue proche du messie et il invite à un baptême de conversion pour s’y préparer. Il est le précurseur. Dès son enfance, puis adulte, il désigne Jésus.

- Marie accepte d’être la mère du messie. Elle est le symbole de l’habitation de Dieu en nous.

4. Peintures de saint Jean-Baptiste, figure de l’Avent

Jean-Baptiste est une grande figure du temps de l’avent car il est le précurseur. Images de Jean-Baptiste enfant et de Jean-Baptiste adulte. Peintures de saint Jean Baptiste des XVI° et XVII° siècles.

Peinture - Vierge à l’Enfant avec saint Jérôme et Jean-Baptiste enfant par Beccafumi - 1518.

Peinture - Jean-Baptiste debout par Grunewald sur Le Retable d’Issenheim- 1512/1516.

Peinture - Jean-Baptiste debout par Le Greco- 1600.

Peinture - Jean-Baptiste par Philippe de Champaigne - fin XVII° siècle.

5. Différences entre l’Avent et le Carême ?

L’Avent et le Carême sont deux périodes préparatoires à une grande fête, Malgré leur ressemblance, l’Avent et le Carême sont assez différents. La préparation de Noël ne se fait pas de la même manière que celle du mystère pascal par le Carême. Le Carême est un temps de préparation baptismale et un temps de repentir pour ceux qui ont failli à l’engagement baptismal. Il est marqué par le jeûne. L’Avent est un temps d’espérance et une invitation à être vigilent. Il ne comporte pas de jeûne en occident.

6. Origine et histoire de l’Avent

L’histoire de l’Avent commence dès la fin du IV° siècle. Il existe à Ravenne, ville byzantine en Italie, en Gaule et en Espagne une préparation ascétique aux fêtes de Noël. Il y a en Gaule un jeûne de trois jours par semaine. Cet aspect ascétique est sans doute lié à la préparation du baptême administré à cette époque à l’Épiphanie. Mais au XIII° siècle en France ce n’était plus appliqué communément.

À Rome, l’Avent apparaît, plus tard, dans la seconde moitié du VI° siècle. C’est un temps de préparation sans doute, mais il est sans considérations ascétiques. Il fut réduit à quatre semaines et devient l’attente joyeuse de l’avènement du Seigneur, sans l’observance d’un jeûne. La pratique romaine s’impose en France au VIII° siècle.

Dans l’histoire de l’Avent il y a donc deux traditions : la tradition byzantine et orthodoxe et la tradition romaine et occidentale.

L’Avent dans la Bible

Pendant les messes de l’Avent, les lectures rappellent d’abord la longue attente par les Hébreux du Sauveur annoncé par Dieu : « Un rameau sortira de la souche de Jessé (père de David), un rejeton jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. Il ne jugera pas d’après les apparences, il ne tranchera pas d’après ce qu’il entend dire. Il jugera les petits avec justice, il tranchera avec droiture en faveur des pauvres du pays… » (1).
Les lectures de l’Avent rappellent également comment fut conçu et attendu l’enfant Jésus : l’ange Gabriel apparaît à Marie et lui annonce qu’elle va « concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus (…) L’Esprit Saint viendra sur toi, et le puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu » (2).
Jean-Baptiste, fils d’Elizabeth et cousin de Jésus, appelait ses prochains à la conversion et annonçait la venue imminente du Fils de Dieu en ces termes : « Moi, je vous baptise dans l’eau, pour vous amener à la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu » (3).
De même, le temps de l’Avent appelle à la conversion intérieure. Les célébrations rappellent, en permanence et avec force, que les fidèles doivent être mobilisés spirituellement pour que la foi soit un ferment constant de renouvellement personnel et social autant que de confiance dans l’avenir.
(1) : Livre d’Isaïe (11, 1-10)
(2) Évangile selon saint Luc (1, 26-38)
(3) Évangile selon saint Marc 1,1.8 et selon saint Jean 1,19.28

Textes, hymnes et prières de l’Avent

1. Textes évoquant l’Avent

Au bout de la nuit,
il n’y a pas de nuit, mais l’aurore.
Au bout de l’hiver,
il n’y a pas d’hiver, mais le printemps.
Au bout de la mort,
il n’y a pas la mort, mais la vie.
Au bout du désespoir,
il n’y a pas le désespoir, mais l’Espérance.
Au bout de l’humanité,
il n’y a pas l’homme, mais l’Homme-Dieu. Joseph Folliet.

Le Christ est celui que tous les prophètes avaient chanté, celui que la Vierge attendait avec amour, celui dont Jean-Baptiste a proclamé la venue et révélé la présence au milieu des hommes. C’est lui qui nous donne la joie d’entrer déjà dans le mystère pour qu’il nous trouve, quand il viendra, vigilant dans la prière et remplis d’allégresse. (Extrait d’une préface)

"Dieu, merci de venir réveiller
notre attente endormie
sous les soucis,
la bousculade des jours
et nos ennuis.

Dieu, merci de venir réveiller notre attente endormie
sous le poids des choses.

Nous sommes si pressés que nous ne prenons plus le temps d’attendre.
Nous avons tant à faire, à penser.
Nos agendas, nos heures, nos vies sont remplis.
Nous sommes si occupés, envahis, pressés
que nous n’avons jamais plus le temps.

Dieu, merci de venir réveiller notre attente.
Toi, tu nous fais cadeau de ce temps neuf.

Voici les temps nouveaux !
D’un temps qui ne peut se gagner ni se perdre.
D’un temps pour respirer, pour espérer, pour vivre.

Dieu, merci pour ce temps d’Avent.
Merci d’arriver à l’improviste,
visiteur inattendu !

Car si Noël est programmé sur nos calendriers,
Toi, Dieu, tu n’as jamais fini de nous surprendre !"

3. Prières

Les prières de l’Avent expriment plusieurs attitudes spirituelles : l’attente vigilante de la venue du Seigneur, l’importance et la valeur de l’attente, le désir de préparer le chemin de la venue du Christ, la volonté d’annoncer une heureuse nouvelle et d’apporter à tous une lumière, la demande au Seigneur d’ouvrir nos cœurs. Ces prières de l’Avent donnent une figure de l’attente de la fête tout à fait différente de la préparation de la fête familiale et amicale avec les achats pour le repas et les cadeaux.

Après les succès de retraitedanslaville.org et psaumedanslaville.org, la présence des dominicains de la Province de France se poursuit sur le web avec aventdanslaville.org pour retrouver le goût et le sens de Noël. Cliquez ici.

Fais de nous des veilleurs
Seigneur,
En ce début de l’Avent , viens réveiller notre coeur alourdi, secouer notre torpeur spirituelle.
Donne-nous d’écouter à nouveau les murmures de ton Esprit qui en nous prie, veille, espère.

Seigneur,
Ravive notre attente, la vigilance active de notre foi afin de nous engager partout où la vie est bafouée, l’amour piétiné, l’espérance menacée, l’homme méprisé.

Seigneur,
En ce temps de l’Avent, fais de nous des veilleurs qui préparent et hâtent l’avènement et le triomphe ultime de ton Royaume, celui du règne de l’Amour.

C’est l’Avent
Allume une braise dans ton cœur,
C’est l’Avent.
Tu verras, l’attente n’est pas vaine quand on espère quelqu’un.

Allume une flamme dans tes yeux,
C’est l’Avent.
Regarde autour de toi, on a soif de lumière et de paix.

Allume un feu dans tes mains,
C’est l’Avent.
Ouvre-les à ceux qui n’ont rien, ta tendresse est à bout de doigts.

Allume une étoile dans ton ciel,
C’est l’Avent.
Elle dira à ceux qui cherchent qu’il y a un sens à toute vie.

Allume un foyer en hiver,
C’est l’Avent.
Les transis du cœur et du corps viendront et il fera chaud au cœur du monde.
II suffit d’une seule braise, pour enflammer le monde,et réchauffer le cœur le plus froid.
Père Robert Riber

Dieu a choisi de se faire attendre
Dieu, tu as choisi de te faire attendre tout le temps d’un Avent.
Moi je n’aime pas attendre dans les files d’attente.
Je n’aime pas attendre mon tour.
Je n’aime pas attendre le train.
Je n’aime pas attendre pour juger.
Je n’aime pas attendre le moment.
Je n’aime pas attendre un autre jour.
Je n’aime pas attendre parce que je n’ai pas le temps et que je ne vis que dans l’instant.
Tu le sais bien d’ailleurs, tout est fait pour m’éviter l’attente : les cartes bleues et les libre services,
les ventes à crédit et les distributeurs automatiques, les coups de téléphone et les photos à développement instantané, les télex et les terminaux d’ordinateur, la télévision et les flashes à la radio...
Je n’ai pas besoin d’attendre les nouvelles, elles me précèdent.
Mais Toi Dieu, tu as choisi de te faire attendre le temps de tout un Avent.
Parce que tu as fait de l’attente l’espace de la conversion, le face à face avec ce qui est caché, l’usure qui ne s’use pas.
L’attente, seulement l’attente, l’attente de l’attente, l’intimité avec l’attente qui est en nous parce que seule l’attente réveille l’attention et que seule l’attention est capable d’aimer.
Tout est déjà donné dans l’attente, et pour Toi, Dieu, attendre se conjugue Prier.
Père Jean Debruynne

Je me présente devant Toi
Seigneur,
Je me présente devant toi comme une maison vide, une maison qui attend, une maison bien pauvre.
Loué sois-tu Seigneur pour cette pauvreté !
Si mon plafond est défoncé, il peut laisser filtrer la lumière, si mes murs sont délabrés, ils peuvent laisser passer ton souffle, si ma maison est vide, elle peut t’accueillir.

Seigneur,
Voici ma maison.
Je te l’offre avec sa pauvreté, remplis-la de ta présence.
Toi, le Dieu qui pardonne, tu ne dis pas : "Faites le ménage et je viendrai !" Non, tu viens chez moi et mon désordre ne te fait pas peur.

Viens Seigneur, depuis si longtemps ma maison t’attend.
Elle sera toujours vide tant que tu n’y sera pas.
Maranatha, viens Seigneur Jésus !
Père Georges Madore


T’accueillir
Seigneur,

En ce temps de l’Avent
Je veux me préparer à t’accueillir.
Aide-moi à marcher dans la joie et la confiance
Sur le chemin qui mène jusqu’à toi.
Inspire-moi les gestes de partage
De pardon et de paix
Pour annoncer autour de moi
La Bonne Nouvelle de ta venue parmi les hommes.
Sylvie Candès

Vierge de l’attente
Sainte Marie, vierge de l’attente,
donne-nous de ton huile,
parce que nos lampes s’éteignent.
Vois, nos réserves se sont consumées.
Ne nous envoie pas chez d’autres marchands.
Allume à nouveau dans nos âmes les anciennes ardeurs qui nous brûlaient de l’intérieur, quand il suffisait d’un rien pour nous faire tressaillir de joie : l’arrivée d’un ami lointain, le rouge du soir après l’orage, le crépitement de la bûche qui en hiver surveillait les retours à la maison, le son des cloches carillonnant les jours de fête, l’arrivée des hirondelles au printemps, l’arrondi tendre et mystérieux du ventre maternel,
le parfum de lavande qui faisait irruption quand on préparait un berceau.
Si aujourd’hui nous ne savons plus attendre, c’est parce que nous sommes à court d’espérance.
Ses sources se sont asséchées.
Nous souffrons d’une crise profonde du désir.
Et, désormais satisfaits des mille succédanés qui nous assaillent, nous risquons de ne plus rien attendre,
pas même ces promesses surnaturelles qui ont été signées avec le Sang du Dieu de l’Alliance.

Sainte Marie, femme de l’attente, soulage la douleur des mères souffrant pour leurs fils qui, sortis un jour de la maison, n’y sont jamais revenus, tués dans un accident ou séduits par les appels de la jungle ;
dispersés par la fureur de la guerre ou aspirés par le tourbillon des passions ; engloutis par la fureur de l’océan ou bouleversés par les tempêtes de la vie.

Sainte Marie, vierge de l’attente, donne-nous une âme de veilleur.
Arrivés au seuil du troisième millénaire, nous nous sentons malheuresement plutôt fils du crépuscule
que prophètes de l’Avent.
Sentinelle du matin, réveille dans nos coeurs la passion de fraîches nouvelles à porter à un monde qui se sent déjà vieux.
Apporte-nous enfin la harpe et la cithare, afin qu’avec toi, matinale, nous puissions réveiller l’aurore.
Face aux changements qui secouent l’histoire, donne-nous de sentir sur notre peau les frissons des commencements.
Fais-nous comprendre qu’il ne suffit pas d’accueillir, il faut attendre.
Accueillir est parfois un signe de résignation.
Attendre est toujours un signe d’espérance.
Rends-nous pour cela ministres de l’attente.
Quand le Seigneur viendra, ô Vierge de l’Avent, qu’il nous surprenne, grâce à ta complicité maternelle,
la lampe à la main.
Mgr Tonino Bello

Ô viens Emmanuel
Ô viens, Emmanuel, prendre forme dans notre vie.
Ô viens, Jésus, transformer nos hivers en printemps.
Ô viens, Seigneur des seigneurs, éclairer notre route.
Ô viens, Sauveur du monde, nous libérer de nos illusions.
Ô viens, Seigneur des merveilles, nous ouvrir à ta présence.
Ô viens, Fils du Dieu vivant, nous appeler à ta gloire.
Ô viens, Roi des rois, nous guider sur les chemins de la vie.
Ô viens, Maître du temps et de l’histoire, orienter nos actions vers le bien.
Ô viens, Emmanuel, nous sauver d’une vie sans Dieu.
Père André Tiphane

Viens, Seigneur Jésus
Dieu inattendu qui fait du neuf,
tu passes en secret dans nos vies.
Nous croyons que tu es là aujourd’hui
dans ce temps d’attente et de désir.
Redresse-nous en chemin pour ta joie.
Relève nos têtes dans la nuit de la foi.
Viens, Seigneur Jésus !

Dieu inespéré qui naît sans cesse,
tu habites nos questions et nos cris.
Nous voulons hâter aujourd’hui ton retour.
Révèle-toi dans nos histoires saintes.
Ouvre-nous l’Évangile maintenant.
Nous méditerons ta Parole avec Marie.
Viens, Seigneur Jésus !

Dieu attentif à nos passages,
tu surgis nouveau comme l’aurore.
Éclaire nos veilles et nos engagements.
Allume en nous le feu de ton Esprit,
et nous rendrons compte de notre espérance.
Rappelle-toi que nous t’appelons aujourd’hui.
Viens, Seigneur Jésus !
Jacques Gauthier

Tu m’attends encore
Seigneur, si Tu veux m’attendre encore,
je serai le quatrième mage,
parti de nulle part,
parti sans étoile aux cieux
pour un voyage au bout du temps,
pour un voyage au bout de moi...

Quand les ténèbres brouillent toutes pistes,
quand ma boussole intérieure bat la chamade,
quand ma route s’emballe sur elle-même,
Tu me montres quelque part dans la nuit
l’étoile inconnue que Tu fais lever pour moi.

Tu me dis que je n’ai pas perdu ma vie,
ce temps que j’avais rêvé tout autre !
Tu me dis que Tu m’attends encore,
car la fête ne commencera pas sans moi.

Et je T’offrirai mon enfance
tapie sous les décombres de mon passé...
J’adorerai l’Enfant de Noël
comme on s’agenouille émerveillé
devant le miracle fragile
d’une Parole enfin devenue vraie.
Maintenant, je Te vois en l’Enfant de Noël
T’agenouiller devant moi
pour que je devienne enfin Ton enfant.
Lytta Basset

Lumière dans la nuit
Car elle est puissante la nuit en cet Avent
et ses alliés sont très nombreux :
la violence, la haine, la guerre,
le mépris, l’exclusion, la crise économique....
Quand se lèvera le jour d’un monde fraternel, enfin vivant ?

Il nous faut la Lumière
qui transforme ces nuits en jour
et nous tienne éveillés, debout,
pour apporter la réconciliation,
pour rassasier de pain et d’amour,
pour offrir l’amitié et le respect,
pour allumer dans toutes les nuits du monde,
la lumière de l’espérance.

Il nous faut la Lumière
pour n’être pas condamnés à la nuit.
Il nous faut la Lumière
pour veiller et ne pas se laisser surprendre,
alerter les voisins, lorsque la nuit tente
de se faufiler dans nos vies.
Il nous faut la Lumière pour avancer,
confiants en l’avenir.

Il nous faut la Lumière, dites-vous !
Mais elle est déjà venue !
Elle est avec nous ! Elle s’appelle Jésus Christ.
Elle a brillé en pleine nuit du monde,
du temps et des coeurs.
En naissant, Jésus Christ a enraciné en nous,
la Lumière de Dieu.

A nous de quitter la nuit
et de devenir enfants de Lumière
A nous, de nous laisser réveiller
par les multiples appels de nos frères.
Retrouvons, en nous, les sources cachées de l’Evangile :
c’est la Lumière qui nous empêche de nous endormir.
Urgence. Il faut se lever !
Père Philippe Muller

J’attends
J’attends, dit l’empereur Auguste,
le résultat du recensement.
J’ai hâte de savoir le nombre de mes sujets.

J’attends, dit Joseph,
de trouver un logement
pour ma famille qui va s’agrandir.

J’attends, dit Marie,
avec un peu d’angoisse, mais beaucoup d’espoir,
de mettre au monde le Roi du monde.

J’attends, dit le berger,
de voir l’Agneau de Dieu et d’en parler aux autres.

J’attends, dit le mouton,
de connaître ce fameux berger que Dieu envoie
pour les hommes.

J’attends, dit l’Ange,
de chanter à Dieu : ’’Gloire !’’
et d’annoncer aux hommes : ’’Bonne Nouvelle !’’

J’attends, dit Jésus,
de voir se rassembler en une seule famille
l’empereur et le berger,
l’homme et la femme,
l’ange et la bête :

Dieu les attend !
Père Pascal Daniel

Comment préparer Noël ?

1. Préparation de Noël au mois de décembre

Au point de vue commercial et familial, le mois de décembre est une période de grande activité. Tout le monde pense à préparer Noël. Les rues commerciales sont illuminées. On va au marché de Noël. On fait des achats pour les fêtes et pour les cadeaux. Il y a beaucoup d’activités autour de cette préparation qui animent les soirées dans les familles. On fait souvent la préparation de Noël en famille

2. Préparation de Noël pour un chrétien ?

Les chrétiens doivent préparer Noël en n’oubliant pas l’aspect spirituel. Au point de vue pratique, il y a bien des manières pour un chrétien de préparer Noël. On installe la crèche chez soi et souvent on achète de nouveaux santons. On achète aussi un arbre que l’on place près de la crèche. On met sur sa porte une couronne d’accueil.

Comment préparer Noël spirituellement ? Le Temps de l’Avent est l’occasion d’un réveil et c’est une période que l’on vit dans l’espérance d’un nouveau départ. Les messes des dimanches invitent à une préparation spirituelle en nous disposant à accueillir la venue du Christ dans notre vie. Il est souhaitable aussi préparer Noël chrétiennement en recevant le sacrement de réconciliation.

3. Comment préparer Noël avec les enfants ?

Le bricolage et d’autres activités (diverses activités) sont un moyen pour faire préparer Noël aux enfants en famille pendant de temps de l’Avent. C’est une façon de leur faire découvrir le sens chrétien de la fête. À partir de leur activité, on peut les faire réfléchir. Le bricolage des enfants, s’il est accompagné, a une valeur éducative. On peut proposer aux enfants le bricolage en famille ou dans le cadre du catéchisme.

On peut donner aux enfants un calendrier qui permet aux enfants de préparer Noël en y pensant chaque jour. On fait aussi prier les enfants devant la crèche installée dans l’appartement ou en allant voir des crèches dans des églises.