92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > HOMELIES ET MEDITATIONS > Méditation du dimanche 16 aout 2020 par le frère Thierry

Méditation du dimanche 16 aout 2020 par le frère Thierry

La femme des miettes

La femme des miettes, une mère étrangère, intelligente et indomptable, qui ne se rend pas aux silences et aux réponses brusques de Jésus, est un des personnages les plus sympathiques de l’Evangile. Et Jésus, homme de rencontres, en sort « transformé ».

Une femme originaire d’un autre pays et professant une autre religion, « convertit » Jésus, lui fait changer de mentalité, le fait sortir des limites d’Israël, lui ouvre le cœur à la faim et à la douleur de tous les enfants, qu’ils soient d’Israël, de Tyr, de Sidon, fils de Raqqa ou d’ailleurs, peu importe : la faim est la même, la douleur est la même, l’amour des mères est partout le même. Non, dit la femme à Jésus, tu n’es pas seulement venu pour ceux d’Israël, mais aussi pour moi, tu es le Pasteur de toute la douleur du monde.
Les disciples sont eux-aussi assiégés par cette femme : « Réponds-lui, pour qu’elle nous laisse en paix ». La position de Jésus est nette et brusque : « j’ai été envoyé seulement pour ceux de ma nation, ceux de ma religion et de ma culture. » Mais la femme ne se rend pas : « aide-moi et ma fille ! » Jésus réplique avec un mot encore plus rustre : « On n’enlève pas le pain aux fils pour le jeter aux chiens ». Les païens étaient appelés chiens par les juifs et ils étaient méprisés comme tels.
Vient la réponse géniale de la femme : « c’est vrai, Seigneur, et pourtant les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs patrons ». C’est le tournant du récit. Cette image illumine Jésus. Dans le règne de Dieu, il n’y a pas de distinction, il n’y a pas des hommes et des chiens. Mais seulement des faims et des fils à combler, et les fils peuvent aussi être ceux qui prient un autre Dieu.
Femme, ta foi est grande ! Elle qui ne va au Temple, qui ne connaît pas la Bible, qui prie d’autres dieux, est, pour Jésus, une femme de grande foi.
Sa grande foi est de croire qu’au cœur de Dieu il n’y a pas de fils et de chiens et qu’il éprouve de la compassion pour la douleur de tout enfant, que la souffrance d’un homme est plus importante que la religion qu’il professe. Elle ne connaît pas la foi des catéchismes mais elle possède celle des mères qui souffrent. Elle connaît Dieu de l’intérieur, elle le sent à l’unisson avec son cœur de mère, le sent palpiter dans la profondeur de ses plaies : « c’est avec le cœur que l’on croit », écrit Paul (Rm 10, 10). Elle sait que Dieu est heureux quand une mère, n’importe quelle mère, étreint heureuse la chair de sa chair, finalement guérie.
« Qu’il advienne pour toi comme tu le désires ». Jésus reprend la demande de la mère, il la restitue : C’est toi et ton désir qui commandent. Ta foi et ton désir sont comme le sein qui enfante le miracle. Dans cette histoire, un rêve du monde à embrasser mûrit : la terre comme une unique grande maison, avec une table riche de pain et riche de fils. Et tous, tous sont des nôtres.
Bon dimanche
fr. Thierry Knecht, O.SS.T.