92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > PETIT CATECHISME > Les temps de l’année liturgique > Entrée en Carême 2021

Entrée en Carême 2021

Aujourd’hui, écoute la voix du Seigneur ...
d’après le psaume 94

A chacun de nous , cette parole s’adresse aujourd’hui pour faire de ce Carême un chemin de lumière vers Pâques. Il s’accompagnera d’une attention partculière les uns envers les autres.

"Aujourd’hui, écouterez-vous sa Parole, ne fermez pas votre coeur comme au désert" Ps 94

"Voici ce que j’ai à vous dire : laissez le Saint-Esprit diriger votre vie et vous n’obéirez plus aux désirs de votre propre nature, car notre propre nature a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit a des désirs contraires à ceux de notre propre nature : ils sont complètement opposés l’un à l’autre"
Galates, 5, 16-17 pour Benoit R

Nous avons tous chez nous des branches de rameaux vieillies.
J’ai pensé qu’il serait bon de les récupérer en les froissant pour en faire de la cendre, de la poussière ou des miettes.
Les garder chez nous en faisant mémoire que si la feuille, vieillie, meurt et devient poussière, notre vie se déroule dans le même processus.
pour Marie-Line R

"C’est pourquoi il est écrit : Le premier homme, Adam, devint une âme vivante. Le dernier Adam est devenu un esprit qui fait vivre. Il n y a pas d abord le spirituel mais le psychique , ensuite le spirituel. Le 1er homme , tiré du sol, est terrestre ; le 2eme homme vient du ciel" Co 15,45-47
Que nous puissions laisser le Seigneur nous incarner selon son goût.....
pour Sylvie C

"O toi, où que tu sois, si profond soit l’en-bas, si dure la déréliction, si humiliant ton vice, si triste et sans but la vie qu’il te reste à finir de vivre, si du moins tu gardes en l’espace le plus secret de ton coeur, là-même où tu ne sais pas, un peu de cette lumière, un peu de cet espoir qui te sépare de la grande mort, un désir, un amour obscur, une foi sans mots et sans visage, si du moins commence en toi (sans même que tu le saches) la lointaine aurore d’humanité, alors, frère, soeur, tu es des nôtres."
La traversée de l’en-bas (p. 156) Maurice Bellet

"Il arrive à certains de ne goûter que l’absence et l’épreuve.
Si quelqu’un se trouve alors sans Dieu, sans pensée, sans image, sans mots, reste du moins pour lui ce lieu de vérité : aimer son frère, qu’il voit.
S’il ne parvient pas à aimer, parce qu’il est noué dans sa détresse, seul, amer, affolé, reste du moins ceci : de désirer l’amour.
Et si même ce désir lui est inaccessible, à cause de la tristesse et la cruauté où il est comme englouti, reste encore qu’il peut désirer de désirer l’amour. Et il se peut que ce désir humilié, justement parce qu’il a perdu toute prétention, touche le coeur de la divine tendresse. "Ce n’est pas sur ce que tu as été ni sur ce que tu es que te juge la miséricorde, c’est sur ce que tu as désir d’être."Il n’y a pas d’homme condamné."
Incipit (p. 76) Maurice Bellet
Pour Christian B

L Esprit, en effet planait sur les eaux recouvrant la terre tohu bohu.( gn 1,1)
Partir de là, parfois, et laisser faire la Vie ..
D ailleurs Gn 1 et 2 et 3 ne parle pas d aimer l autre...mais de etre avec et.... constater que c est difficile !Tristesse pour moi de constater ce poids d" ideal de soi "ou de" moi idéal VOULOIR AIMER COMME UNE LOI INTERIORISEE !
CETTE loi écrase parfois...et empêche la Vie d etre en chemin à partir de cette réalité : au plus profond de nous, on en veut pas de l autre different , ni partager avec Celui qui a un autre regard que le mien ! NON ! Gn 3 et 4 Et Seigneur Dieu aiment humain qui est petit mais , pour lui, plein de promesses.
pour Sylvie C

Tenter de devenir "prochain" pour les autres, plutôt que dire que l’on a des" prochains" à aider.
pour Roselyne R
Psaume 94 - Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur (27e C)
(AELF/Gouzes/Bayard)

AUJOURD’HUI, NE FERMEZ PAS VOTRE COEUR, MAIS ÉCOUTEZ LA VOIX DU SEIGNEUR !

1
Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

2
Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit.

3
Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre coeur comme au désert,
où vos pères m’ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit. »

https://www.paris.catholique.fr/-careme-