Feuille de quinzaine n° 476

Du dimanche 18 septembre au dimanche 2 octobre

Une nouvelle et riche période s’ouvre devant nous !    

Peut être pas sur le plan économique…mais sur le plan spirituel, c’est une évidence. Regardez un peu ces jours-ci….Notre Dame de la Salette donne sens à notre approche du travail et des activités humaines. La Vierge Marie, dont les larmes déplorent un monde sans Dieu, trop souvent  sans justice et sans amour, vient à notre secours pour nous aider à mieux vivre. Puis les martyrs de Corée au 19eme siècle, attestent du fantastique essor missionnaire de l’Eglise.

Pour nous plonger d’avantage dans l’Evangile, voici saint Matthieu. Beaucoup connaissent le célèbre tableau du Caravage à Rome, avec le rayon de lumière qui part du doigt de Jésus et appelle ce collecteur d’impôts, de mauvaise réputation, collaborateur des romains. Le Seigneur se moque du qu’en dira t-on, et sait lire dans les coeurs. Il appelle qui il veut, quand il veut ! (et connaissez vous le Caravage de Saint Leu ?)

Padre Pio, connu par ses stigmates, mais sur lesquels il restait pourtant si discret. Il s’intéressait d’avantage à faire connaître et aimer l’Eucharistie, la Vierge Marie, et la confession des péchés.

Saint Vincent de Paul. Est il un nom plus associé à la charité ? Ce paysan gascon deviendra aumônier de la Cour de France. Il est contemporain de la construction du chœur de notre paroisse ( 1611), et ses « missions »  continuent à marquer les élans caritatifs et missionnaires , comme à Saint Leu ( petits déjeuners, aux Captifs la Libération, l’Escale, les Margéniaux…).

Saint Venceslas nous ouvre,  depuis les années 900, vers l’Europe Centrale et de l’Est. Ce jeune duc n’a pas eu peur d’entrer en politique an nom de sa Foi, et de  se heurter aux mœurs brutales de plusieurs dirigeants voisins. Les temps ont-ils tellement changé… ?

Saint Michel, saint Gabriel et saint  Raphaël, avec les anges et les archanges, entrouvrent pour nous les portes du ciel.

Venant d’Isrie (Yougoslavie), Saint Jérôme, malgré son  fichu caractère,  nous fait goûter d’avantage la parole de Dieu !  Au 4ème siècle, cet intellectuel de haute volée a traduit la Bible, rédigée jusque-là en  hébreu et en grec. Son admirable portrait en clair obscur, du grand peintre flamand Seghers, vous attend dans l’église, au-dessus de la porte de l’accueil.

Oui, vraiment : quelle magnifique quinzaine avec nos amis du ciel : Ils sont présents et  actifs parmi nous !

                          AB+

La confrérie de Saint Leu

 » Durant des siècles, Saint Leu fut le siège d’une importante confrérie, « 
une des gloires de l’Eglise de Paris »
Dans cet élan de la prière du saint pour les plus faibles, à commencer par
les enfants,  cette confrérie veillait à leur « persévérance chrétienne ». 


Belle intuition que nous pourrions poursuivre avec fruit. 


Belle fête patronale à tous !

Nouvelle traduction du Missel : « Une opportunité pastorale à saisir »

Pour faire suite à l’article sur l’expression « consubstantiel au Père », voici un article de Paris Notre Dame du Chanoîne Jérôme Bascoul sur l’opportunité que représente pour nous cette nouvelle traduction du missel Romain

Propos recueillis par Charlotte Reynaud

https://www.paris.catholique.fr/-paris-notre-dame-.html