Feuille de quinzaine 471

L’ampleur de ce temps pascal (huit belle semaines !) est ponctuée par deux fêtes solennelles majeures : Ascension et Pentecôte. Cette période traverse aussi le magnifique mois de Marie.

Temps formidablement joyeux : cette joie spécifique des chrétiens est leur plus grand trésor, que personne ne pourra jamais leur ôter. Saint Paul nous encourage dans cet état d’esprit : «  Réjouissez- vous sans cesse dans le Seigneur. N’entretenez aucun souci, mais, en tout besoin, recourez à l’oraison et à la prière » (Phil 4, 4). Puis il ajoute cette précision : « Que l’oraison et la prière soient pénétrées d’action de grâce, pour présenter vos requêtes à Dieu » (Phil 4,6)

Pour de nombreux contemporains, Ascension et Pentecôte se réduisent souvent à des week-end ensoleillés, et l’on trouve plus de monde sur les autoroutes que dans les églises…

Mais à Saint Leu, comme dans de nombreuses paroisses, cette préparation à la Pentecôte va se dérouler selon cette belle tradition du « Cénacle ». Cette neuvaine de prière et de méditation nous fera désirer, pour nous et pour les autres, le fruit de l’Esprit (Galates 5,22). Cette litanie qui nous est tellement nécessaire au quotidien (charité, joie, paix, serviabilité, bonté, confiance dans les autres…) sans laquelle la vie peut vite se transformer en véritable enfer. La triste réalité des guerres en témoigne trop souvent, hélas.

Sauvés de toutes formes de mort par la Passion du Christ, nous sommes divinisés par sa Résurrection.  Et ce don inouï ne s’arrête pas là : le Seigneur aime nous faire goûter sa grâce. Quand nous aimons une personne, n’aimons-nous pas tout partager avec elle ?  C’est vraiment par la force du Saint Esprit que le Salut est donné avec largesse et magnanimité.

La nouvelle traduction liturgique nous fait reconnaître que le sacrifice eucharistique est destiné « à notre bien et celui de toute l’Eglise ». Certains peuvent s’étonner : « Pourquoi seulement l’Eglise ; que devient le monde ? » Saint Augustin, qui a tellement guidé saint Charles de Foucauld, aime rappeler que « l’Eglise, c’est le monde réconcilié ». N’est-ce pas sous la mouvance du Saint Esprit, reçu au cénacle durant la Pentecôte, que s’opère, aujourd’hui encore, cette réconciliation ?

                                   A.B.+

Découvrir la messe

Temps de formation liturgique

animé par Philippe Robert, musicologue et compositeur, enseignant à l’Institut Supérieur de Liturgie I.C.P

Samedi 21 mai 2022 Après-midi

A l’église St Leu

14h – 15h: Conférence « Rites d’ouverture, Liturgie de la Parole« 

15h – 15h30: Questions et réponses

15h30 -16h: Chant

16h – 16h30: Pause

16h30 – 17h30: Conférence  » Liturgie eucharistique, Rites d’envoi »

17h30 – 18h: Questions et réponses

Feuille de quinzaine n° 470

Je suis le Bon Pasteur….

Le thème du Pasteur traverse toute la Bible, depuis la Genèse (« Abel devint pasteur », Gn 4,2 ) jusqu’à l’Apocalypse – notre 2ème lecture de ce jour –  (« l’Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire aux sources des eaux de la Vie » ).

C’est important puisque Jésus l’utilise pour nous transmettre un enseignement sur le pasteur et sur les brebis :

«  MES brebis ÉCOUTENT ma voix. » 

« Aujourd’hui, si vous entendez ma voix, ne fermez pas votre coeur » (Ps 94). C’est bien pour cela que nous nous retrouvons le dimanche pour ÉCOUTER ensemble la voix de notre Bon Pasteur, le suivre, lui qui nous donne la Vie éternelle et nous redire les uns aux autres que nous pouvons lui faire une confiance absolue, car personne ne nous arrachera de sa main.

« Moi, je les CONNAIS, et elles me suivent. »

  A l’occasion de cet évangile, un dimanche, un petit garçon a clamé , avec conviction : « Moi, je veux pas être un mouton ». Nous non plus, nous ne voulons pas être des moutons. Nous suivons Jésus, non comme un troupeau, mais parce qu’il nous connaît chacun, chacune, par notre nom, parce qu’il rejoint notre coeur par sa parole, par ses sacrements. Et ce qu’il y a d’extraordinaire, c’est que nous n’avons jamais fini d’affiner l’oreille de notre coeur.  Ne manquons pas tous les moyens qui nous permettent d’approfondir notre écoute à St Leu, ou ailleurs : partage d’évangile, enseignements bibliques, enseignement sur l’Eucharistie ce samedi 21 mai prochain, …

L’Église a choisi  ce dimanche du bon Pasteur –  et l’on comprend pourquoi  – pour nous demander de prier pour les vocations sacerdotales. Prions donc avec force l’Esprit Saint d’envoyer à la moisson des ouvriers qui soient de vrais pasteurs selon le coeur de Dieu, comme nous le décrit le prophète Ezéchiel (34, 11-12 ). Qu’Il donne force, persévérance, et Joie, à ceux qui entendent l’appel.

Sr Anne Vieillard-Baron

Feuille de quinzaine n°469

Petit Journal de Sœur Faustine

« Je désire que le monde entier connaisse ma Miséricorde »

En ce jour de la fête de la Divine Miséricorde, célébrée en proximité avec la liturgie des jours saints de la passion, mort et résurrection du Christ, « les entrailles de sa miséricorde sont ouvertes ; en ce jour sont ouvertes toutes les sources divines par lesquelles s’écoulent les grâces » (P. J. 699).

Ce qui montre avec quelle attention bienveillante et quel instinct très humain, selon Elmar Mitterstieler, Jésus aide les siens à surmonter leur défaillance humaine et à faire l’expérience du pardon de Dieu en recevant le sien, ce n’est pas seulement la simple salutation de Paix de Jésus mais aussi son comportement extrêmement attentif envers Thomas, ce dimanche (Jn 20,27) et son dialogue plein de délicatesse avec Pierre sur l’amour, dimanche prochain (Jn 21,15).

Pâques se poursuit avec chaque pardon que nous donnons, ou accueillons honnêtement.

Un soulagement, une libération se passent, et nous faisons l’expérience d’une vie renouvelée.

Pardonner signifie ne plus accuser quelqu’un d’une faute ; pardonner signifie me défaire d’une exigence, qu’elle soit juste ou injuste, à laquelle jusque-là j’ai peut-être toujours tenu, à laquelle peut-être je croyais devoir lier mon existence.

Les uns et les autres, ceux qui pardonnent et ceux qui acceptent le pardon, doivent se décentrer de soi, se préparer et admettre ce qui est l’autre.

Ce qui ne peut se réaliser que dans l’amour.

Le temps de la Miséricorde, c’est aussi pour notre communauté paroissiale, comme l’a dit notre vicaire général Mgr Emmanuel Tois au terme de sa visite pastorale.

Un chemin spirituel à approfondir pour apprendre à marcher ensemble, dans un esprit de confiance et d’abandon à Dieu, et de miséricorde à l’égard des autres.

Prions tous en direct du Sanctuaire de la Miséricorde Divine de Cracovie-Lagiewniki pour recevoir les grâces de Dieu Miséricordieux et ouvrir de nouveaux espaces de vie rachetée et miséricordiée.

Christelle Simon, vice-présidente du Conseil Paroissial

Conférence La Traversée: Renaître par la créativité

Conférence d’Yves Lefebvre

Mercredi 20 avril 2022 à 20H, 

Salle Saint-Leu 92 rue Saint-Denis –75001 Paris 

(Métro Etienne Marcel ou Les Halles)

Quand nous parvenons à nous déployer dans un espace où l’initiative est favorisée, à rencontrer notre créativité personnelle ou participer à la créativité d’un groupe, quelque chose de vivant advient, qui s’avère guérisseur. Nous nous rebranchons sur le courant de la vie qui est créatrice par nature, pulsion originaire d’avant les blessures de nos existences. Normosée et réglementée, notre société ne va pas dans ce sens, en inscrivant dans sa Constitution le principe de précaution, mais la quête du risque zéro se paie d’un trouble auquel on va trouver toutes sortes de raisons. Chaque corporation réclame alors davantage de reconnaissance, de moyens et de sécurité sans voir la nature réelle du malaise ambiant, l’absence d’espaces de créativité dans un climat qui se méfie de l’innovation. Mais de quelle créativité s’agit-il, quels sont ses effets et à quelles conditions est-elle durablement transformatrice? 

Psychologue, formateur au Mouvement d’Art-Thérapeutes, Yves Lefebvre est coauteur de Art-Thérapeute en écriture (avec Nicole Derda) et La Psychothérapie relationnelle(avec Philippe Grauer), auteur de La Foi au miroir de la psychanalyse,L’Éthique relationnelle en psychothérapieet Le Sexe, le genre et l’esprit.Au terme de sa conférence, nous aurons plaisir à vous retrouver, autour d’un verre de l’amitié.

Inscription au 09.63.40.45.25 -info@la-traversee.org -20 rue Jean-Baptiste Pigalle 75009 

Règlement possible sur place:Non Adhérent = 15 €, Adhérent = 10€ adhérent, Demandeur d’emploi = 5€ demandeur d’emploi

Feuille de quinzaine n°468

Jours Saints

Nous y voilà, nous y sommes…

Encore une fois, le Carême aura passé trop vite… Les trois orientations pour le vivre dignement  (jeûne, prière, aumône) n’auront sans doute pas été vécus comme nous l’aurions souhaité… Mais pendant ces Jours Saints, ne nous centrons pas sur nous-mêmes, nos aptitudes ou nos lacunes. Ce serait à nouveau céder aux tentations du nombrilisme. « Ayons les yeux fixés sur Jésus Christ, chef de notre foi, qui la mène à sa perfection. » (lettre aux Hébreux, 12,2).

Avec le dynamisme du dimanche des Rameaux, plongeons dans ces heures saintes, cette noble semaine, où chaque minute, tellement intense, nous rapproche du Christ.

La messe chrismale, à suivre comme nous le pourrons, nous centre sur la belle unité de l’Eglise, autour de l’évêque, successeur des apôtres choisis par le Christ dans son unique sacerdoce. La récente visite pastorale, avec Mgr Tois, Emilienne et Bruno,  nous a aidé à renforcer nos liens, dans cette unité.

Le Jeudi Saint, avec l’institution de l’Eucharistie, « messe d’entre les messes », commence par l’Office des Ténèbres. La Sainte Cène, avec nos amis du Saint Sépulcre, est suivie d’un buffet évocateur du banquet céleste d’Isaïe (Is. 25).

Le Vendredi Saint, pas à pas, nous suivons Jésus dans son chemin de croix, dans sa Passion et sa mort,  avec nos amis de « Aux captifs la libération ». L’Eglise nous demande de jeûner.

Puis la Veillée Pascale, « mère de toutes les veillées », nous conduit à l’extraordinaire joie de la Résurrection et le triomphe du dimanche de Pâques.

Recevons ce sermon de Saint Léon le Grand, docteur de l’Eglise, (5eme siècle) sur les Jours Saints :

 «  Celui qui vénère vraiment la Passion du Seigneur doit si bien regarder Jésus crucifié, par les yeux du cœur, qu’il reconnaisse sa propre chair dans la sienne…

Il est nôtre, ce corps sans vie qui gisait dans le sépulcre, mais qui a ressuscité le troisième jour, et qui, au-dessus de toutes les hauteurs célestes, est monté jusqu’à la droite du Père tout puissant. Si nous suivons la route de ses commandements, et si nous n’avons pas honte de confesser tout ce qu’il a payé pour notre salut dans l’abaissement de sa chair, nous aussi serons  élevés jusqu’à la participation de sa gloire. Car ce qu’il a annoncé s’accomplira de façon éclatante : «  Celui qui se prononcera pour moi devant les hommes, moi aussi, je me prononcerai pour lui devant mon Père qui est aux cieux » (Mat, 10, 32). »

                                                                                        A.B. +

Feuille de quinzaine n°467

Visite pastorale

Avec Emilienne Soma et Brunot Huet, deux laïcs qui aiment l’Eglise, j’ai la joie de venir en visite pastorale à Saint-Leu-Saint Gilles au cours du 27 mars au 3 avril Cette visite est une des modalités de mise en œuvre de la lettre pastorale que Michel Aupetit nous a adressée le 3 septembre dernier.

Une visite pastorale, pourquoi ?

Repensée à l’occasion d’un processus qui avait pour but de réformer la gouvernance du diocèse -processus que le départ de l’archevêque a laissé inabouti- la visite pastorale a pour but d’aider une communauté chrétienne à travailler le lien qu’elle entretient avec l’ensemble du peuple de Dieu. C’est unie à d’autres que toute communauté constitue et édifie l’Eglise, comme le rappelle le beau souffle du Concile Vatican II : « L’ensemble de ceux qui regardent avec la foi vers Jésus, auteur du salut, principe d’unité et de paix, Dieu les a appelés, il en a fait l’Église, pour qu’elle soit, pour tous et pour chacun, le sacrement visible de cette unité salutaire » (Lumen Gentium 9).

Pour ce faire, il est important que la visite permette à l’équipe de visiteurs de bien appréhender ce qui se vit déjà en terme de fraternité missionnaire et d’accueil inconditionnel de tous qui sont les deux visions proposées par la lettre pastorale. Je sais qu’à Saint-Leu-Saint-Gilles, ces réalités se vivent en bien des activités. Bien les connaître permettra de bien en parler pour qu’elles rayonnent au delà d’ici. Dans l’autre sens, à mesure que les visites se multiplieront, les « visiteurs » arriveront dans les paroisses enrichis d’expériences qui pourront éclairer et aider.

Comment la visite s’organise-t-elle ?

Le vicaire général, qui est à la fois prêtre et représentant de l’archevêque dans la paroisse visitée, ne peut mener la visite seul. Il vient pour valoriser et susciter, pas pour inspecter. Le fait qu’il soit accompagné de deux laïcs engagés aidera à ne pas le ressentir comme censeur. Surtout, une équipe diversifiée portera sur la communauté et son rayonnement un regard plus profond qu’une personne seule, et sera porteuse d’expériences diversifiées.

Tout à la joie de cette visite, je vous dis à bientôt !

Mgr Emmanuel Tois, vicaire général

Feuille de quinzaine n°466

« La Parole est… dans ton cœur » (Ro. 10,8)

En ce premier dimanche de carême, citant le Deutéronome (30, v.14), l’apôtre Paul attire notre attention sur la Parole de Dieu qui nourrit notre foi, notre cœur. Paul insiste : « elle est dans ton cœur », « si dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité… », « car, c’est avec le cœur que l’on croit… ». Pour l’homme de la Bible, le cœur est le « dedans », le lieu où il rencontre Dieu. « Il leur a donné le jugement, la langue et les yeux, les oreilles et le cœur pour réfléchir » écrit le Siracide (17,6), (« pour penser », traduit la Bible de Jérusalem).

Nous avons entendu, à l’ouverture du carême, l’invitation à « revenir au Seigneur de tout notre cœur », à nous retirer « dans la pièce la plus retirée » pour prier sous la mouvance de l’Esprit de Dieu. C’est le moment favorable pour découvrir, re-découvrir plus profondément quel est Celui qui habite en nous, comme nous l’enseigne Paul dans un autre chapitre de cette lettre aux Romains, le chapitre 8. Il affirme avec force cette habitation de l’Esprit Saint en nous (v.8, 11) et nous exhorte à nous laisser conduire par lui (v.14), Lui qui fait de nous des fils (v.14-16). C’est aussi le Deutéronome que Jésus cite dans l’évangile de ce dimanche pour répondre aux suggestions du diable ; il nous montre le chemin et nous découvre la puissance de la Parole.

Permettez-moi d’évoquer le souvenir de Catherine Dueck-Doherty, fondatrice de la communauté Madonna House et auteure du livre Poustinia ou le désert au cœur des villes. Lors de sa venue en France en 1981, elle donna une conférence dans l’église Saint Gervais. Le geste accompagnant sa parole, elle déclara : « Français, vous êtes terribles, vous voulez mettre votre cœur dans votre tête, mais il vous faudra mettre votre tête dans votre cœur ». En conclusion de l’introduction à « Poustinia », le Révérend Robert D. Pelton écrit : « Puisse le Seigneur ressuscité conduire chacun de vous au désert de votre propre cœur et là, vous parler par son Esprit, et vous y montrer la grâce rayonnante  du visage du Père. Puisse-t-il alors vous conduire vers ses frères et ses sœurs qui, partout, attendent votre amour ». Que l’Esprit nous y aide !

                                                                                                                                Sr Hubert Dominique o.p.