92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > PETIT CATECHISME > Une oeuvre, une histoire,un message > L’Annonciation par Fra Filippo Lippi

L’Annonciation par Fra Filippo Lippi

GLISE SAN LORENZO, FLORENCE (CA. 1445, BOIS, 175 X 183 CM.)

Dans la poursuite de notre cycle consacré à Noël, nous avons choisit de vous présenter dans les jours qui viennent plusieurs Annonciations, très différentes les unes des autres. Aujourd’hui, c’est une Annonciation originale de Fra Filippo Lippi (1406 - 1469) , peintre italien de la première Renaissance, que nous tenions à évoquer. Lippi fut l’un des premiers à mettre en pratique les recherches de l’architecte Filippo Brunelleschi sur la perspective. Il fut notamment le maître du célèbre Botticelli qui entra dans son atelier en 1465.Retour ligne automatique

Située dans un intérieur donnant sur une cour, cette Annonciation est singulière. Habituellement, seuls deux personnages composent la scène : l’ange annonciateur et la Vierge Marie. Ici, deux personnages, situés à gauche, dont les auréoles et les ailes nous laissent deviner qu’il s’agit d’anges, sont également présents. Que font-ils ici ? On note que Lippi a pris quelques distances avec la source biblique et a imaginé des "anges accompagnateurs" de Gabriel. Notons le détail amusant, rare dans ce genre de scène : le regard lancé directement au spectateur par l’un des deux anges.

Les attributs habituels de l’Annonciation sont présents : le lys dans la main de l’ange Gabriel, le livre, sans doute caché par le lutrin, et la colombe, symbole du Saint-Esprit, qui vole dans l’ombre au dessus de l’ange central.

Le plus étonnant reste la petite encoche visible en bas à droite dans le sol, où est placé un vase transparent rempli d’eau qui va recevoir le lys. Ce vase transparent symbolise la virginité de la Vierge Marie ; en effet, la métaphore de la lumière traversant le verre sans le briser signifie que Marie reste vierge malgré la conception. Ce symbole fut beaucoup utilisé au cours du Moyen Age.

Extrait de la Bible

L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille, une vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »

A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je suis vierge ? »

L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu. Et voici qu’Élisabeth, ta cousine, a conçu, elle aussi, un fils dans sa vieillesse et elle en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait : ‘la femme stérile’. Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout se passe pour moi selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

(Luc 1, 26-38)