92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > PETIT CATECHISME > Deux minutes à la foi > Comment Jésus est-il présent à la communion ?

Comment Jésus est-il présent à la communion ?

Communier, c’est être mis en présence de Jésus et rendre grâce (remercier) du don de sa vie : "là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux" (Matthieu 18, 20). C’est former ce peuple de frères, célébrant la présence du Seigneur et unis dans l’écoute et la fidélité à la Parole de Dieu.

« Dans l’hostie, Jésus est-il présent pour de vrai ? » question posée dans l’émission Mille questions à la foi par KTO.
https://youtu.be/OiUGwGtGqWU

Rencontrer Jésus présent et vivant parmi nous

Parce que Jésus a dit « faites ceci en mémoire de moi » (1 Corinthiens 11, 24-25), « prenez et mangez, ceci est mon corps » (Matthieu 26, 26), les chrétiens refont le rite pascal en mémoire de lui.

En partageant ce repas, ils vont à sa rencontre, ils célèbrent Jésus qui les rassemble, leur parle en personne, guide leur prière et se donne en partage pour la vie du monde. Ainsi, « faire mémoire » est bien plus que se souvenir, « rendre grâce » (« eucharistier » en grec) bien plus que remercier. C’est être mis en présence de Jésus : ce pain et ce vin, c’est mon corps, c’est mon sang, c’est moi, nous dit Jésus. C’est ma vie donnée en vue de mettre au monde l’humanité une, rassemblée, réconciliée en Dieu « puisqu’il n’y a qu’un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps » (1 Corinthiens 10, 16-17). Il ne s’agit pas d’évoquer un passé, mais rencontrer Jésus présent et vivant parmi nous.

Ici et maintenant Jésus se fait nourriture partagée pour faire communauté avec nous et nous permettre d’entrer en communion avec Dieu. Aujourd’hui encore, il fait tomber entre nous toutes les séparations et la haine : « c’est lui en effet qui est notre paix : de ce qui était divisé, il a fait une unité ; dans sa chair il a détruit le mur de séparation, la haine /…/ il a voulu ainsi, à partir du juif et du païen créé un seul homme nouveau en établissant la paix. » (Ephésiens 2, 14-16). Contre toute fatalité et toute peur de la mort, son action est toujours à l’œuvre, son amour n’a rien perdu de sa force. Et dans notre vie actuelle Jésus nous saisit encore et nous envoie vers les autres pour devenir ce peuple debout, vivant de son amour, témoin de sa présence agissante.

Communier à la vie de Jésus ne peut être vécu qu’ensemble

Suffit-il de communier pour que la vie de Jésus nous soit donnée ? Pourquoi du pain et du vin, pour signifier ce don ? Une simple communion d’esprit à esprit ne suffirait-elle pas ? Non évidemment ! Communier à la vie de Jésus ne peut se réaliser qu’en partageant avec d’autres une même nourriture, qu’en faisant corps. Nourris d’un même pain, nous sommes animés d’un même Esprit. Vivant d’un même Amour, nous sommes unis dans le Christ, membres d’un seul corps dont l’assemblée des chrétiens est la figure. Il s’agit bien de manger de ce pain-là et de boire de ce vin-là. Ces réalités très humaines du pain et du vin, « fruit du travail des hommes », manifestent concrètement comment l’amour de Dieu s’inscrit dans la vie terrestre de Jésus.

Elles déterminent notre manière de vivre le don de soi à sa suite : nous avons à nous nourrir de cette réalité concrète de l’existence humaine de Jésus pour nous nourrir aussi de sa vie divine. Ce n’est pas facultatif car celui qui, fermé aux autres, garde sa vie pour soi, s’emmure dans une sorte de prison. Il devient en quelque sorte son propre tombeau. Pour naître à la vie de Dieu, il nous faut non pas fuir d’une manière ou d’une autre notre condition humaine mais aller ensemble au bout de nos possibilités de vivre le don de soi.

Action de grâce

L’eucharistie ne rend pas seulement actuelle la présence réelle et aimante de Jésus dans la vie de foi de chaque chrétien. A travers ce peuple de frères qui vivent de l’amour de Dieu, elle instaure déjà ici-bas ce monde nouveau où « rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu » (Romains 8, 39). C’est un don magnifique. D’où la reconnaissance des chrétiens, qui lors de la messe, rendent grâce, et célèbrent la vie éternelle offerte en Jésus-Christ qui irrigue dès maintenant leurs vies.

Marie-Jeanne-BernassauMarie-Jeanne Bernassau, Cetad, responsable du département Approfondir la Foi


La Communion des Apôtres, Luca Signorelli
Musée Diocésain, Cortona
Si le sacrement de l’Eucharistie est un élément essentiel de la présence de Jésus pendant la messe, la formulation par l’art de cette expérience personnelle et intime est bien difficile. Luca Signorelli, peintre italien toscan de l’école florentine, nous propose une interprétation peu commune qui ne peut être abordée comme un témoignage historique ou théologique.

Ici, le groupe des personnages se déploie dans un cadre architectural antique et imposant, typique du goût de la Renaissance, rappelant une nef d’église ouverte sur un ciel limpide. Debout ou à genoux, les apôtres forment une pyramide dont l’axe et le sommet sont matérialisés par le Christ. Ces figures, puissamment modelées et aux vêtements colorés, accentuent l’effet de perspective parfaitement maîtrisé et conduisent naturellement le regard vers le geste de Jésus. Ce dernier donne la communion : étonnant et anachronique !

Nous le savons, pendant le repas « Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le donna à ses disciples, en disant : ‘Prenez, mangez : ceci est mon corps’. » (Mt 26,26). Ce n’est pas ce geste qui est ici évoqué, mais la réalisation de la demande expresse du Seigneur : « Faites cela en mémoire de moi » (Lc 22,19). En regardant cette œuvre, je me souviens que je suis disciple de Jésus. Comme les apôtres, je suis en communion directe avec lui et je le reçois, dans l’Eucharistie, au plus intime de moi-même.

Un seul personnage se tourne vers le spectateur, tout en déposant de l’argent dans la bourse qu’il porte à la ceinture. Judas semble nous interpeler et nous inviter à rejoindre ce groupe. Être convié par celui qui va trahir Jésus, cela peut nous paraître paradoxal et déplacé. Or, Signorelli atteste ainsi que, malgré nos manquements, nous pouvons recevoir la force et la vie de Celui qui n’est que miséricorde.

Père Frédéric Curnier-Laroche, historien de l’art et prêtre du diocèse d’Autun