92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > ACTUALITES DE L’EGLISE > Pape François : « Tout est accompli ! »

Pape François : « Tout est accompli ! »

Lavement des pieds, mort du Christ en croix, repos et espérance du Samedi Saint, Résurrection : marquant une pause dans ses catéchèses sur la famille, le successeur de Pierre a consacré celle du mercredi 1er avril au Triduum pascal, ces trois jours qui vont de la Cène à la Résurrection, « sommet de toute l’année liturgique et de notre vie chrétienne », comme il l’a rappelé.

Jeudi Saint : le service du lavement des pieds
Jésus – comme un serviteur – lave les pieds de Simon Pierre et des 11 disciples (y compris Judas, ndlr). Par ce geste prophétique, Il exprime le sens de sa vie et de sa Passion, service à Dieu et aux frères : « En effet, le Fils de l’homme n’est pas venu pour se faire servir mais pour servir ». La même chose s’est passée avec notre baptême, quand la grâce de Dieu nous a sauvés du péché et que nous avons été revêtus du Christ. Cela se passe [aussi] à chaque fois que nous célébrons le mémorial du Seigneur dans l’Eucharistie : nous faisons communion avec le Christ, serviteurs pour obéir à son commandement, celui de nous aimer comme Il nous a aimés. Si nous nous approchons de la sainte Communion sans être sincèrement disposés à nous laver les pieds les uns des autres, nous ne reconnaissons pas le Corps du Seigneur. C’est le service de Jésus qui se donne Lui-même, totalement.

Vendredi Saint : le service du témoignage jusqu’au sang
« Tout est accompli » : que signifie cette parole de Jésus ? Que l’œuvre du Salut est accomplie, que toutes les Écritures trouvent leur plein accomplissement dans l’amour du Christ, agneau immolé. Jésus, par son sacrifice, a transformé la plus grande iniquité en amour le plus grand. (…) Aujourd’hui aussi, il y a tant d’hommes et de femmes, vrais martyrs, qui offrent leur vie avec Jésus pour confesser la foi, seulement pour cela. C’est un service, le service du témoignage chrétien jusqu’au sang, service que nous a rendu le Christ : Il nous a rachetés jusqu’au bout. C’est cela, le sens de cette parole : « Tout est accompli ». En adorant la Croix, en regardant Jésus, pensons à l’amour, au service, à notre vie, aux martyrs chrétiens ; nous ferions bien de penser aussi à la fin de notre propre vie. Personne d’entre nous ne sait quand elle adviendra, mais nous pouvons demander la grâce de pouvoir dire : « Père, j’ai fait ce que j’ai pu, tout est accompli ».

Samedi Saint : l’identification à Marie
Le samedi saint, l’Église s’identifie une nouvelle fois à Marie : toute sa foi est recueillie en elle, la première disciple parfaite, la première croyante parfaite. Dans l’obscurité qui enveloppe la création, elle est seule à garder allumée la flamme de la foi, espérant contre toute espérance en la résurrection de Jésus.

Vigile pascale : du noir de la nuit à la lumière de la Résurrection

Durant la Vigile pascale, où résonne à nouveau l’Alléluia, nous célébrons le Christ ressuscité, centre et fin du cosmos et de l’Histoire. Nous veillons pleins d’espérance dans l’attente de son retour, quand Pâques aura sa pleine manifestation. Parfois, le noir de la nuit semble pénétrer dans notre âme. Parfois, nous pensons :
« Maintenant, il n’y a plus rien à faire », et notre cœur ne trouve plus la force d’aimer. Mais c’est justement dans ce noir que le Christ allume le feu de l’amour de Dieu : une lueur rompt l’obscurité et annonce un nouveau début, quelque chose commence dans le noir le plus profond. Nous savons que la nuit est davantage nuit et qu’il fait plus noir peu avant que la journée ne commence. C’est justement dans ce noir que le Christ vainc et qu’Il allume le feu de l’amour. La pierre de la douleur est renversée et cède la place à l’espérance. Voilà le grand mystère de Pâques ! Dans cette sainte nuit, l’Église nous donne la lumière du Ressuscité, pour qu’en nous, il n’y ait pas la plainte de celui qui dit : « Maintenant… », mais l’espérance de celui qui s’ouvre à un présent plein de futur : le Christ a vaincu la mort et nous avec Lui.

Pâques : Soyons des sentinelles du matin
Notre vie ne se termine pas devant la pierre d’un tombeau, notre vie va au-delà, avec l’espérance dans le Christ qui est ressuscité justement depuis ce tombeau. Comme chrétien, nous sommes appelés à être des sentinelles du matin, qui savent repérer les signes du Ressuscité, comme l’ont fait les femmes et les disciples accourus au tombeau à l’aube du premier jour de la semaine.