92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > ETAPES DE LA VIE CHRÉTIENNE > LE SACREMENT DE MARIAGE > Comment les premiers chrétiens concevaient-ils le mariage ?

Comment les premiers chrétiens concevaient-ils le mariage ?

Il n’y a pas d’exemple, dans toute l’histoire humaine, d’une société dans laquelle le rapport homme-femme ne soit pas réglé de façon précise. Les formes de ce « mariage » ont été très diverses, dans l’espace et le temps. A l’occasion du Synode extraordinaire sur la famille, qui s’est tenu ces jours-ci à Rome, voici un survol historique de l’institution de la famille et du mariage chrétien. Le mariage dans les premiers siècles du christianisme Dans les premiers siècles de notre ère, comme le rapporte la Lettre à Diognète (milieu du IIe siècle), les chrétiens « se marient comme tout le monde » (V, 6), qu’ils soient juifs, grecs ou romains. Ils sont soumis aux lois impériales, tant qu’elles ne vont pas contre l’Evangile. Le mariage est alors célébré "dans le Seigneur " (1Cor 7, 39), dans la communauté, sans cérémonie spéciale.

Dans le monde juif, le mariage est célébré selon les coutumes et rites traditionnels du pays (Gn 24 et Tb 7, 9,10). Un certain temps après les fiançailles, vient la célébration du mariage. Dans le monde juif, le mariage est purement laïc et familial. Il n’est pas célébré dans la synagogue, mais dans la demeure familiale. Cependant, comme tout en en Israël, il revêt une dimension religieuse. La célébration inclue prière et bénédiction. Dans le monde romain, il existera successivement trois cérémonies de mariage distinctes. La confarreactio (avec un gâteau de mariage), la forme la plus ancienne des mariages romains, comportait des cérémonies de caractère juridique et religieux. À l’époque impériale seule existait ce type d’union. Le type courant de cérémonie de mariage était la coemptio, rite qui symbolisait l’achat fictif de l’épouse, et l’usus, simple période de vie commune après le consentement matrimonial : au bout d’une année de vie commune, un couple était considéré comme marié.

Qui dit mariage dit consentement
Le consensus (consentement) en est venu à constituer dans la pratique l’essentiel de l’union matrimoniale. Le Digest énonce : "Ce n’est pas l’union sexuelle qui fait le mariage, mais le consentement des parties " (35, I, 15). En tant que tel, le mariage ne requérait aucun rite particulier, ni la présence du magistrat. Le pouvoir civil se contentait de reconnaître l’existence du mariage et, d’une certaine façon, de protéger l’union conjugale en posant certaines conditions. Les chrétiens se marient alors comme tout le monde, mais "témoignent d’une conduite particulière, admirable, et de l’avis de tous, étonnante " (Lettre à Diognète, V, 4). Ils accueillent la vie naissante et respectent le lit conjugal : " Comme les autres, ils ont des enfants, seulement ils ne les abandonnent pas. Ils ont tous une même table, mais pas le même lit. " (V, 6 y 7). Ignace d’Antioche (vers 107) invite les chrétiens à se marier "avec l’avis de l’évêque, afin que leur mariage se fasse selon le Seigneur et non selon la passion" (Lettre à Polycarpe, 5, 2).

Tertullien (vers 160-220) commente l’avantage de se marier dans le Seigneur : "Comment exalter le bonheur et la grandeur d’un tel mariage ; un mariage uni par l’Eglise, que confirme l’offrande, que scelle la bénédiction ; les anges le proclament, le Père le ratifie " (Ad uxorem II 8,6.7.9). Le consentement matrimonial Depuis les IVe et Ve siècles, le caractère ecclésial de la célébration du mariage entre chrétiens est souligné, tandis qu’il est clairement établi que les cérémonies (prière et bénédiction) ne sont pas obligatoires pour la validité de l’union. Le premier témoignage d’une bénédiction nuptiale véritablement liturgique date de l’époque du pape Damase (366-384) et figure dans les œuvres du pseudo-Ambroise (Ambrosiaster). La célébration du premier mariage prend la forme d’une simple bénédiction.

On constate là l’influence profonde du droit romain, en vertu duquel c’est le seul consentement, strictement nécessaire, qui fait le mariage, quel que que soit sa forme. En 866, dans sa Réponse aux Bulgares qui l’interrogeaient sur l’importance de cérémonies religieuses (prière et bénédiction), qui selon certains constituaient les éléments constitutifs du mariage, le Pape Nicolas Ier répondit : " Le seul consentement de ceux dont on envisage l’union doit suffire selon les lois. S’il arrivait que ce seul consentement fasse défaut dans le mariage, tout le reste, même réalisé avec l’union charnelle, est inutile " (D 334).

C’est dans les siècles suivants que se précise l’intervention de l’Eglise dans la célébration même du mariage : l’église revendique une compétence juridique sur le mariage et décrète que le consentement et la remise du voile à la mariée se fassent expressément en présence du prêtre (IXe-XIe siècles) , dans l’Eglise ou, le plus souvent, devant les portes de l’Eglise, comme l’indiquent divers rituels des XI-XIVe siècles. Suit la célébration de la messe avec la bénédiction de la mariée. Pour lui donner la plus large publicité possible, il a été convenu que la cérémonie aurait lieu non plus dans la maison de la mariée, mais devant le portail de l’Eglise. Ce qui était fait auparavant par le père ou le tuteur, l’est désormais par le prêtre, avec des paroles comme celles-ci : "Je te donne X pour épouse " (Rituel de Meaux). Entre le XVe et le XVIe siècle se répand la formule : "Et moi je vous unis...", que certains considéreront comme la forme sacramentelle du mariage.

La fidélité dans le mariage
Concernant la fidélité, le christianisme a marqué une nette différence avec les coutumes de l’époque : ici nous trouvons un point de divergence entre les principes de la morale chrétienne et la conception païenne du mariage, qui considérait celui-ci comme un simple fait social, qui pouvait se former et se rompre par simple décision d’une des deux parties. Depuis les premiers chrétiens, l’infidélité de l’époux est égale à celle de l’épouse, et est considérée dans les deux cas comme une faute grave.

Pour saint Augustin, le mariage est un bien. Il est bon en lui-même. La première alliance naturelle de la société humaine nous est donc donnée, par l’homme et la femme unis par le mariage. Les enfants viennent immédiatement renforcer l’efficacité de cette société conjugale, le seul fruit honnête, non seulement de la simple union de l’homme et de la femme, mais de l’amitié et des liens entre eux. Saint Augustin s’étonne même de l’efficacité et de la force du mariage et en vient à la conclusion qu’il y a quelque chose de grand et de divin dans ce sacrement : “Je ne peux pas croire, en aucune façon, que le mariage aurait pu avoir une telle force, s’il ne la tenait, étant donné la fragilité et la mortalité humaines, d’une réalité supérieure, autrement dit par un sacrement dont l’homme qui veut l’écarter ou le rejeter garde, pour son châtiment, la marque indélébile.”

C’est ainsi que l’égalité de l’homme et de la femme dans le mariage chrétien a représenté une autre nouveauté dans la société de l’époque : dans le mariage chrétien, la position de la femme est celle de la compagne, qui jouit d’une égalité de droits avec son époux. Par conséquent, le christianisme accorde à la femme une plus haute considération, comparativement à la plupart des religions païennes de ces époques.

Traduit de l’édition hispanophone d’Aleteia par Elisabeth de Lavigne