92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > LIENS AMIS et LIVRES à LIRE > Nous ne sommes plus des douaniers ! Le curé de la rue Saint-Denis (...)

Nous ne sommes plus des douaniers ! Le curé de la rue Saint-Denis témoigne.

En vente à l’accueil dès lundi 3 novembre.
" J’ai pris mes fonctions de curé à la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles. Toutes les nuances de la souffrance, toute la palette des déchéances s’y déploient. Mais, aussi, toutes les possibilités de la rédemption. C’est là que sont les plus humbles et les plus éprouvées de ses créatures. C’est là qu’est mon travail. " À la suite du Christ Rédempteur " envoyé proclamer aux captifs la libération ", le père Nicolas Vandenbossche consacre son quotidien à des fidèles pas comme les autres – personnes prostituées, droguées, sans domicile, ou encore psychologiquement fragiles. Suivant la parole du pape François – " Nous ne sommes plus des douaniers ! " –, il accueille les gens où ils sont, et comme ils sont.

Le père Nicolas Vandenbossche est, depuis 2012, le curé de la paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles de la rue Saint-Denis, à Paris. Dans ce témoignage inédit, ce prêtre charismatique, aussi brillant que truculent, retrace son parcours, d’une grande richesse. Il revient sur son enfance marquée par le suicide de sa mère et la découverte de la foi grâce au scoutisme ; son expérience d’aumônier d’un centre pénitentiaire psychiatrique, puis de service dans un centre de réfugiés soudanais en banlieue du Caire et auprès des catholiques coptes de la capitale égyptienne. Prêtre trinitaire, il explique les fondements de son engagement basé sur un refus inaltérable de juger l’autre. Il rend également hommage au père Patrick Giros, curé de Saint-Leu de 1983 à 1992 et fondateur de l’association Aux Captifs, la libération qui a pour vocation de rencontrer et d’accompagner des personnes qui vivent dans la rue ou de la rue, un prêtre visionnaire dont il continue le combat chaque jour. Et, à travers les portraits et témoignages de certains de ses « fidèles » pas comme les autres, il explique cette mission d’accueil des personnes prostituées, droguées, sans domicile, ou encore psychologiquement fragiles qui est son quotidien.
Une expérience humaine et spirituelle d’une grande force, dont les maîtres-mots sont générosité, abnégation et amour de son prochain.