92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > ETAPES DE LA VIE CHRÉTIENNE > LES FUNERAILLES CATHOLIQUES > Funérailles Chrétiennes à St Leu

Funérailles Chrétiennes à St Leu

Les pompes funèbres doivent contacter le père Nicolas au 01 40 26 03 26

Mise en bière, célébration, inhumation : les gestes d’accompagnement du défunt sont forts, intimes et collectifs. Appliquer ce rituel, le rendre vivant et visible, c’est aussi espérer la possibilité d’un aujourd’hui meilleur pour le défunt.

JPEG - 11.1 ko

1- Autour du corps, le visage découvert
Visite au défunt, veillées, adieu au visage avant la fermeture du cercueil et la levée du corps.
Temps des sens (vue, toucher et ouïe). La mort a une parole à nous dire…
Temps de l’intimité : prise de conscience de la perte.
La prière de l’Eglise invite, tout en regardant le visage de l’être aimé, à porter nos regards plus loin, vers celui du Christ : « Seigneur nous tournons vers toi notre regard à l’heure où disparaît ce visage qui nous est cher ».

2- La célébration à l’église
Un rassemblement ouvert, dans un lieu public, l’accueil d’une communauté, une préparation, la lecture de textes, un temps de prière… La Parole de Dieu s’enracine dans l’expérience humaine.
« Mes bien aimés, parce que nous aimons nos frères, nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie ». 1ère Lettre de Saint Jean au Chapitre 3

L’encensement et la bénédiction sont des rites efficaces : hommage au défunt en encensant son corps (on honore le corps, don de Dieu, Temple de l’Esprit, marqué des signes du Christ que sont le baptême, et l’Eucharistie) et rappel du baptême par l’aspersion. Toute l’assemblée est invitée à ce geste de bénédiction La dimension collective s’épanouit. On se retrouve, on se réconcilie parfois. Le tissu social vit un temps fort.

3- L’adieu au cimetière ou crématorium, porteur de signes essentiels
Rite d’affectation par lequel les vivants mettent les morts à distance de leurs lieux de vie, pèlerinage sur la tombe moments forts de souvenir. L’existence de ce lieu de mémoire servira la nécessaire inscription de tout être vivant dans une filiation.
Enfin, l’inhumation manifeste la remise à Dieu de tout l’être défunt, dans l’attente de sa résurrection. En cas de crémation, les cendres peuvent avoir trois destinations possibles : soit conservées dans l’urne cinéraire déposée dans un cimetière, soit dispersées dans l’espace d’un cimetière ou d’un site cinéraire appelé « jardin du souvenir », soit dispersées en pleine nature, sauf sur les voies publiques. Pour l’Eglise, il est important que subsiste un lieu de mémoire. Les vivants peuvent être en risque. C’est pour cela qu’elle ne favorise pas la dispersion des cendres. Mais son souci d’accompagnement lors des funérailles veut aussi prendre en compte ceux qui souhaitent cette dispersion. Cependant, pour éviter une décision trop précipitée, elle accueille en dépôt temporaire les urnes cinéraires.

En conclusion, les rites de mort sont profondément incarnés. Le message de la foi passe par cette incarnation : il existe un véritable ministère de la gentillesse, de l’aide, de la solidarité (confréries) et pour transcender la condition humaine il faut d’abord l’accueillir pleinement.