92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > FORMATIONS > EVENEMENTS > Mon denier ma paroisse

Mon denier ma paroisse

Toute l’année, votre paroisse est à votre service... Sacrements, célébrations et prière, partage et transmission de la foi, organisation de la solidarité, soutien aux familles et aux personnes isolées, participation à la vie de l’Église universelle... : votre paroisse a mille visages.

Le curé de votre paroisse et son équipe vous accueillent et vous accompagnent dans votre parcours d’homme ou de femme et de croyant quelles que soient les circonstances, heureuses ou difficiles, de la vie.
Votre paroisse est aussi un espace ouvert d’écoute et de partage, où chacun peut trouver sa place, s’épanouir et faire rayonner sa foi. Votre fidélité et votre soutien contribuent à faire vivre ce bien commun, votre paroisse.
Une paroisse vivante pour accueillir, écouter, transmettre, partager...

Transmettre la foi, c’est l’une des missions essentielles de l’Église… et donc de toute paroisse.

- Dans votre paroisse se trouve ce que chaque femme, chaque homme, peut attendre pour répondre à ses aspirations spirituelles, morales, religieuses, sociales, communautaires. Rendez-vous privilégié du peuple de Dieu, elle est un bien commun que vous partagez avec tous les Chrétiens de votre quartier.

- Dans ce partage permanent, l’Église est appelée à donner en abondance. Par
l’accueil, l’écoute, la formation spirituelle des enfants, des jeunes, des adultes. Par la transmission des trésors de la foi.

- Mais, pour remplir ces missions, l’Église a besoin du soutien de chaque
femme et de chaque homme pratiquant régulier ou occasionnel, chrétien de tradition ou chercheur de sens…

Nous pourrons ainsi continuer à bâtir cette Église du Christ au service de Dieu et de tous nos frères.
Porter la bonne nouvelle au cœur d’un monde bouleversé

- Le prêtre est un “passeur de sens”, témoin et acteur d’un message de foi,
d’espérance et d’amour pour notre temps. Ainsi, dans chaque quartier, dans chaque église, un prêtre est là, à l’écoute de tous, quels que soient l’âge, la situation sociale, les interrogations, les attentes. Il accompagne, éclaire à chaque grande étape de la vie, par la célébration des sacrements.

- Mais bien sûr, le prêtre n’est jamais seul dans ses missions. Il est épaulé par des
diacres et des croyants engagés qui font vivre la paroisse dans toutes ses dimensions : animations liturgiques, chorale, catéchisme, groupe de jeunes parents, rencontres oecuméniques…

La présence d’une communauté Chrétienne dans chaque quartier est une vraie richesse.

Nous sommes tous appelés à conforter cette présence irremplaçable.

Si je donne chaque mois 10 €, je contribue à la décoration florale d’une église tout au long de l’année. Si je donne chaque mois 50 €, je contribue au financement du chauffage d’une paroisse pendant l’hiver. Si je donne chaque mois 90 €, je finance un mois de revenu brut d’un prêtre.

http://www.paris.catholique.fr/-don-en-ligne-.html

Les français et le Denier : enquête sur ce don pas comme les autres

Créé par l’Église catholique en France après la séparation de l’Église et de l’État en 1905, le Denier de l’Église finance, en premier lieu, le traitement des prêtres ainsi que le salaire des laïcs en mission (le traitement des prêtres n’est pas pris en charge par l’État sauf en Alsace-Moselle).

L’ensemble des charges qui pèsent sur l’Église n’est cependant pas couvert par le Denier. Les diocèses et les paroisses bénéficient de la générosité des fidèles par le biais de quêtes, d’offrandes, de legs ou encore de donations. C’est l’ensemble de ces recettes qui permet de financer les besoins de l’Église.

Concernant le Denier, les études indiquent que ce don n’est pas considéré comme « un don comme les autres ». Il n’est pas ressenti comme un appel à la générosité mais plutôt comme un signe d’appartenance ou de fidélité envers l’Église. Le Denier est donc vu comme une contribution volontaire et sans tarif. Chacun donne en fonction de ses possibilités. En 2014, le montant moyen de la contribution au Denier était de 208€.

En 2013, lors de l’Assemblée plénière à Lourdes, les évêques ont approuvé la mise en place d’un dispositif national sur le Denier. Ce processus qui prend fin en 2016 s’est déroulé en trois phases : un questionnaire, une étude qualitative suivie d’une étude quantitative.

Ce plan triennal, intitulé « Présents pour le Denier » a interrogé (l’étude qualitative) la génération des 30-50 ans afin de connaître leur perception du Denier. Il en ressort les points suivants : cette génération donne au « coup de cœur » mais ne s’inscrit pas une démarche régulière de don ; les 30-50 ans sont très sollicités par d’autres acteurs et notamment des ONG ; enfin ils considèrent le don de manière générale comme un acte citoyen détaché de l’institution pour laquelle ils donnent, à savoir l’Église catholique et les valeurs qu’elle véhicule.

Cette génération manifeste un vrai besoin de clarté et de lisibilité relative au Denier. Ils attendent qu’il soit mieux expliqué afin de comprendre ce à quoi il sert dans les diocèses.

Cette étude qualitative fait ressortir notamment qu’en fonction du degré de pratique religieuse, la connaissance de ce qu’est le Denier varie :

– Les plutôt pas pratiquants ne savent pas ce qu’est le Denier
– Les pratiquants occasionnels confondent Denier et quête
– Les pratiquants réguliers connaissent le Denier mais à des degrés très variables

L’étude quantitative qui a été menée en juin 2015 fait ressortir différents éléments. Notamment, qu’ils soient catholiques pratiquants ou non, 64% des personnes interrogées sont attachées à la présence des lieux de cultes dans leur communes ; 77% des personnes interrogées, catholiques et sans religions mais de parents catholiques, déclarent connaître le vocable « Denier ». Enfin, parmi les personnes interrogées non contributrices au Denier, 63% considèrent que l’Église catholique ne peut pas se passer du Denier.

Ces études font clairement ressortir trois types de besoins : besoin spirituel, besoin sociétal et besoin rituel. A ces différents besoins correspondent différentes pratiques et différentes motivations pour donner. Elles donnent aussi à voir que l’attachement à l’Eglise catholique est fort et qu’un appel clair et bien émis peut rejoindre les personnes dans leur besoins.

Dans le cadre du plan « Présents pour le Denier », les diocèses ont entamé un travail sur leur propre pratique d’appel au Denier. Il en ressort des modifications dans les messages et les campagnes menées.


https://vimeo.com/165111916