92 rue Saint-Denis, 75001 Paris

Accueil > LA TERRE SAINTE et nos frères d’Orient > Bethléem dans la Bible et dans l’histoire

Bethléem dans la Bible et dans l’histoire

Dans l’Ancien testament , la ville est nommée Beth Lechem , "La Maison du Pain", mais également Ephrata, nom qui dérivait de la tribu installée en ces lieux, et qui signifie littéralement "Fructueux". Les noms les plus modernes nous renvoient tout autant à l’idée d’un lieu de fertilité et d’abondance. En arabe en revanche, le nom signifie "Maison de la viande", en rapport à la grande quantité de troupeaux de moutons et de chèvres, l’une des activités les plus importantes de la région.

P. EUGENIO ALLIATA
Archéologue du Studium Biblicum Franciscanum


“La Bible nous parle plusieurs fois de Bethléem, tant dans l’Ancien que dans le Nouveau Testament. D’un point de vue archéologique, peu de restes furent retrouvés dans la ville de Bethléem, mais le peu qui fut retrouvé concorde avec ce que nous dit la Bible sur le lieu”.

Dans les Saintes Ecritures, elle est citée comme la ville de David, mais également comme le lieu de la sépulture de Rachel, la femme du patriarche Jacob.
En 2012, fut découvert dans le Parc national autour des murs de Jérusalem, une "bulle" d’environ 1,5cm, où était inscrit le nom de la ville de Bethléem, en caractères hébreux anciens. Selon les archéologues Israéliens, cela représente la première preuve tangible de l’existence de la ville durant l’Antiquité .
La naissance de Jésus eut lieu sous la domination romaine. A coté de Bethléem se trouve en effet le palais d’Hérode : l’Hérodium.

P. EUGENIO ALLIATA
Archéologue du Studium Biblicum Franciscanum

“L’Evangile nous parle du meurtre des enfants de Bethléem de moins de deux ans. Nous savons qu’Hérode a été une figure importante, bien documentée d’un point de vue historique et qui a vécu dans la région de Bethléem. A cet endroit celu- ci fit construire un grand palais qui devint également le lieu de sa sépulture. Les ruines de ce palais sont encore visibles aujourd’hui, rendant sa figure un peu sinistre dans les Evangiles ”.

Dans le musée du Studium Biblicum Francescanum de Jérusalem, nous pouvons voir des objets retrouvés dans la grotte de Saint Jérôme, qui témoignent de la période des prophètes ayant annoncés la naissance de Jésus ...

Tout comme de la période croisée et tant d’autres.

P. EUGENIO ALLIATA
Archéologue du Studium Biblicum Franciscanum

“Ici, en Terre Sainte, la Tradition est la chose la plus importante pour atteindre l’époque historique de l’Evangile”.

P. EUGENIO ALLIATA
Archéologue du Studium Biblicum Franciscanum

“C’est ainsi que nous pouvons dire que le témoignage de la tradition de Bethléemsc’est fait au travers des monuments durant toute l’histoire, jusqu’à l’époque de la naissance de Jésus”.

La véracité de la grotte de la Nativité s’appuie sur une longue documentation historique et archéologique remontant à Saint Justin, martyr du II siècle. Celle-ci devient très rapidement un lieu de culte pour les premiers chrétiens jusqu’à ce qu’en 135 l’empereur Hadrien y fit construire un temple païen, précisément pour effacer le culte chrétien déjà présent. En 325, Sainte Hélène, mère de Constantin, fit construire sur la grotte la grande basilique, que l’empereur lui-même voulu digne du souvenir de la naissance de Jésus. C’est à ce moment-là que commença une période de renaissance pour tous les Lieux saints et les pèlerins devinrent de plus en plus nombreux. Il est possible de voir encore aujourd’hui les mosaïques et les colonnes de cette basilique.

P. EUGENIO ALLIATA
Archéologue du Studium Biblicum Franciscanum

“Saint Jérôme, un grand écrivain qui vécut peu de temps après l’époque Constantinienne, exprime la beauté et la grandeur de cette Basilique-, notamment lorsqu’il dit "Comme il se sent petit l’homme qui marche sous le plafond brillant des étoiles, au milieu des grandes colonnes aux chapiteaux recouverts d’or".

Mais il a dit aussi : le Seigneur de l’univers n’est pas venu dans un palais, il est né dans un petit trou de terre.

P. EUGENIO ALLIATA
Archéologue du Studium Biblicum Franciscanum

“Et nous aussi nous sommes un peu comme cela. En voyant la beauté de certaines constructions de Bethléem, nous sommes poussés à faire un parallèle avec la grotte, humble et simple, qui fut le premier témoin de l’évènement le plus important de l’humanité”.

“Le peuple qui marchait dans les ténèbres, vit une grande lumière...
Parce qu’ un enfant nous est né et est appelé : Conseillé admirable, Dieu puissant, Père pour toujours, Prince de la paix”.